L’avion furtif Tempest, remplaçant de l’Eurofighter, se dévoile

0 74


Inscrivez-vous à la lettre d’information La quotidienne pour recevoir nos toutes dernières Actualités une fois par jour.
Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] Découvrez XB-1, l’avion supersonique de Boom
 

Du côté des avions de combat européens, il y a l’Eurofighter Typhoon développé par le Royaume-Uni, l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne. Capable d’atteindre Mach 2, l’aéronef est un intercepteur opérationnel depuis 2004 et notamment utilisé dans l’armée de l’air britannique. D’ici la fin des années 2030, il devrait être remplacé par le Tempest, un avion de combat furtif dit « de sixième génération », qui vient se positionner au-delà des capacités du F-35 américain. Ce nom n’est pas nouveau pour la Royal Air Force (RAF), puisque le Tempest fut le nom d’un avion de combat britannique durant la Seconde Guerre mondiale. Rapide, il était capable de rattraper les missiles V1 allemands pour les intercepter et les détruire.

Pour concevoir ce nouveau Tempest, le Royaume-Uni sera épaulé par des partenaires comme l’Italie, le Japon et la Suède. La maquette de l’aéronef vient tout juste d’être présentée lors du salon aéronautique de Farnborough qui se déroule actuellement au Royaume-Uni. Les partenaires en ont profité pour annoncer la construction d’un démonstrateur qui pourrait faire ses premiers tours de piste d’ici cinq ans, avant de venir remplacer l’Eurofighter Typhoon d’ici la fin des années 2030.

Le démonstrateur du futur Tempest, avion de combat furtif dit « de sixième génération, volera d’ici cinq ans. © UK, Ministry of Defence

Cela fait maintenant deux ans que les partenaires planchent sur le développement de l’appareil. En plus de créer un avion multirôle pouvant être connecté à des drones et des robots, l’un des enjeux repose sur la conception de l’avion. Il devrait pouvoir être développé en deux fois moins de temps que les chasseurs de la génération précédente.

100 heures de vol… virtuelles

Selon BEA Systems, l’entreprise principale assurant la maîtrise d’œuvre, le démonstrateur vole déjà, mais dans le monde virtuel. Les ingénieurs et les pilotes d’essai auraient déjà réalisé plus de 100 heures de vol. Comme le F-35, pour assurer sa furtivité, le supersonique devrait être doté de baies internes pour l’emport de missiles. Pour ce qui est des moteurs, rien n’a été arrêté pour le moment.

Le Tempest pourrait également bénéficier d’un tout nouveau radar développé par BEA Systems et qui est déjà prévu pour moderniser le Thyphoon d’ici 2030. Il permettra d’assurer simultanément la détection, l’identification et le suivi de plusieurs cibles en l’air ou au sol. L’équipement sera complété par un puissant système de brouillage.

Abonnez-vous à la lettre d’information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Leave A Reply

Your email address will not be published.