Vous avez entendu parler des voitures volantes ? Qu’en est-il réellement ?

0 39


Vous avez entendu parler des voitures volantes ? Qu’en est-il réellement ?

Vous avez certainement suivi un film dans lequel il y a des voitures volantes ! Mieux encore, vous vous êtes déjà posé la question, « Et si nos véhicules volaient comme des drones ? ». Sachez qu’il est temps de quitter le rêve pour la réalité et de comprendre que les progrès scientifiques ont permis plusieurs réalisations. Continuez-vous à douter de l’existence des voitures volantes ? Découvrez ici tout ce qu’il vous faut savoir à ce sujet, et vous comprendrez que l’avenir nous rattrape à grands pas.

voiture_volante_fiction_réalité
Voitures Volantes

Bon à savoir sur les voitures volantes

Pour la conception et l’intégration des voitures volantes dans notre quotidien de tous les jours, certains critères importants ont été pris en compte. Et il est toujours bon de savoir ce qu’il en est réellement afin d’émettre une opinion par rapport à ce sujet.

Quels sont les standards pris en compte lors de la conception des véhicules volants ?

Sur le plan de la conception, la création d’une voiture volante doit prendre en compte des facteurs clés comme, dans un premier temps la sécurité de l’utilisateur. Ensuite, l’utilisateur doit pouvoir se sentir bien à bord, car un défaut de conception pour un simple véhicule de circulation peut être fatal. Ceci renvoie donc au facteur de la fiabilité de l’engin dans son ensemble.

Le facteur du respect de l’environnement est également de mise dans la conception de ces engins qui seront utilisés dans le respect des normes environnementales. En dernière position, si d’autres ont la possibilité d’aller suivre des cours de pilotage avant de se procurer ces joyaux, d’autres sont contre cette idée, car ils veulent un engin autonome.

Faudra-t-il des pistes de décollages pour ces hybrides ?

Il est vrai que les véhicules volants représentent une avancée notable en même temps pour le monde automobile, mais également pour l’industrie aéronautique. Mais il importe de noter que plusieurs de ces engins ne disposent pas de la fonctionnalité de conduite sans pilote. En clair, il faut forcément se rendre sur les pistes que ce soit au décollage qu’à l’atterrissage.

C’est vraiment important pour le décollage de ces types de voitures volantes de se rendre dans les aérodromes, car il leur faut forcément atteindre une certaine vitesse sur une distance donnée avant le décollage. Ceci représente la seule contrainte de ces engins, qui sans que vous ne le sachiez, vous prend un brin de temps. Un temps que vous voulez certainement que vous vouliez préserver en optant pour ce type de transport.

L’aspect sécuritaire est-il pris en compte ?

C’est depuis la phase de prototype que des règles fermes sur le plan sécuritaire sont fixées à tous constructeurs dans le domaine des voitures volantes. Ces règles se focalisent sur deux plans à savoir : la fiabilité du produit proposé ainsi que les aptitudes de pilotage du propriétaire.

Il est indéniable qu’il y a bon nombre de personnes sachant faire tout type de manœuvres avec une voiture ordinaire, mais cela ne voudra pas dire que ces mêmes personnes soient de bon pilote aux commandes d’un avion. De ce fait, il s’impose à toute personne voulant se doter d’un avion volant de se munir de son attestation de pilotage.

Réglementation

Certes, la prolifération des voitures volantes apportera un changement conséquent dans le domaine du transport sur le plan des bouchons surtout. Mais toutes fois, il faudra savoir que plusieurs personnes voudront également adopter ce moyen de déplacement ce qui occasionnerait l’encombrement du circuit aérien.

Il faudra à un moment donné que chaque pays définisse un cadre légal pour prévenir ce genre de problème. Encore faut-il rappeler que l’Europe a déjà une instance que se chargent des autorisations de vols dans son espace aérien sous le nom d’Agence de l’Union européenne pour la Sécurité aérienne. Il y aura certainement, en basse altitude, un couloir aérien qui sera dédié aux véhicules volants selon les propos de Catherine Maunoury. Une Française qui est une spécialiste de voltige et de surcroit ancienne championne.

Quelques exemples de voitures volantes déjà sorties ou encore en projet

Pour vous faire une idée des voitures volantes, nous vous proposons une petite sélection qui vous plaira certainement. Il faut noter que certaines voitures dans notre liste ont été déjà conçues et d’autres non.

Aircar

À cette question, la Slovaquie répond avec des images qui donnent plus que de la certitude, car ce pays a déjà obtenu le certificat pour naviguer au profit de la voiture volante Aircar. Il est le fruit de l’imagination de la créativité du personnel de KLEIN VISION. Cette autorisation a été accordée par le responsable chargé des transports de la ville de Bratislava.

Équiper d’un puissant moteur du concepteur BMW, qui est à la limite au carrefour où se joignent entre les fonctionnalités hybride, avion et voiture. En mode hybride, cette voiture volante peut accorder une autonomie allant jusqu’à 1000 km, il peut atteindre 170 km/h en vol et peut atteindre une altitude de 2500 mètres. S’il faut un temps de passage de l’option véhicule à avion, c’est juste 180 secondes et le tour est joué.

Son décollage et son atterrissage se font forcément sur les pistes réservées pour cet effet. Après le vol, les bras rétractiles de cet appareil se rangent soigneusement dans les cloisons qui leur sont dédiées pour prendre l’apparence d’un véhicule. Du moment où cet appareil se retrouve à nouveau sur terre, il se conduit simplement comme une voiture ordinaire. Vous avez la possibilité de vous rendre dans une station-service pour vous approvisionner en essence au besoin ou à volonté.

L’Aircar a officiellement eu droit à son premier vol entre les villes au cours du mois de juin de l’année 2021, 70 heures durant. Bien que cette voiture ait obtenu une autorisation sur le territoire slovaque, il lui reste encore à avoir l’adhésion de l’AESA, défini comme l’Agence de l’Union européenne pour la Sécurité aérienne afin que ce joyau soit commercialisé.

PAL-V

C’est un concept unique et extraordinaire qui n’a pas fini d’étonner le monde. Créer dans un style particulier et reposant sur trois roues, cette voiture volante à une adhérence parfaite sur route. Une multitude de tests effectués pendant un bon moment a permis à cet appareil volant d’avoir une homologation sur toutes les routes en Europe.

Dotée de deux places à un poids de 660 kg sans passagers, cette voiture volante est équipée de moteurs qui fonctionnent grâce à de l’essence super sans plomb. 160 km/h est sa vitesse maximale sur les chaussées, et du moment où son réservoir est plein, il peut parcourir une distance allant jusqu’à 1300 km tandis qu’en vol il est dans les mêmes conditions à environ 400 km.

Dotée d’une hélice rétractable pour la propulsion à l’arrière, la PAL-V possède également une grande hélice principale qui se replie une fois le vol terminé en au plus 10 minutes. Il faut ajouter qu’il faut environ 300 m pour qu’il prenne son envol. Ce qu’il manque en ce moment à la PAL-V est l’autorisation de l’instance ayant à charge tout type de vol en Europe l’AESA. Même si sa mise sur le marché est prévue pour cette année, il faudra un permis de pilotage avant de passer la commande.

AeroMobil 3.0

Découvrez ici les inventions du futur avec le constructeur slovaque AeroMobil S.R.O avec sa création AeroMobil 3.0. Soigneusement pensée par le concepteur Štefan Klein, cette voiture volante est capable de se déplacer aisément sur les chaussées tout en se fondant dans la masse grâce à la fonction rétractile de ces ailes.

Dès qu’elles se déploient, les ailes de cet appareil sont déployées, il lui faut une course sur une distance d’environ 250 m pour prendre son envol et pour son atterrissage il lui faut au plus 50 m pour s’immobiliser. Sur piste, sa vitesse maximale peut atteindre 160 km/h pour une autonomie de 875 km. En vol, pour une vitesse maximum de 200 km/h, il a une autonomie de 700 km. Aussi, il faut ajouter que le mode de consommation n’est pas le même dans les deux cas, car en vol le moteur dépensant plus d’énergie peut consommer 15 l par heure, alors qu’elle est de 8 l pour chaque 100 km parcouru.

Avec capacité de contenance qui est de deux places à bord, l’AeroMobil 3.0 est protégé à l’avant par une vitre qui permet aux passagers d’avoir une vue dégagée. En plus des panneaux de commande, il est également doté d’un volant pour permettre au conducteur de mieux conduire sa voiture sur route. L’hélice à quatre bras montée à l’arrière de cet aéronef lui sert de propulseur. Bien que cet appareil ait des fonctionnalités de véhicule ordinaire, il faut rappeler que toute personne aspirant à s’en procurer est dans l’obligation de se munir de son autorisation de pilotage.

AeroMobil 4.0

Laissez-vous surprendre par la cheville ouvrière d’AeroMobil avec cette nouvelle sortie d’AeroMobil 4.0, qui vise à apporter une touche de perfectionnement aux fonctionnalités de la 3.0. Sortie depuis 2017, cette voiture volante dispose de plusieurs fonctionnalités grâce à ses équipements iTec qui font de lui un vrai prédateur à la fois aérien et terrestre. De plus sa conception combine résistance, dureté, flexibilité à travers des matériaux de qualité supérieure.

Cet hybride se métamorphose en quelques instants en passant de voiture à avion, car ses ailes se déploient comme celle d’un oiseau avant son envol grâce à sa structure pliable. En plein vol, vous disposez d’une autonomie pouvant aller jusqu’à 1000 km. Ceci décharge les futurs utilisateurs des charges liées aux pertes de temps des compagnies de voyage avant de parcourir une si longue distance.

La fonctionnalité de turbo compression ajoutée à cette voiture volante, lui permet de maximiser ces capacités en cours de vol. la finesse qui entoure la conception des roues de cet appareil lui confère une bonne adhérence à l’atterrissage que ce soit sur du béton, sur un tarmac ou encore sur des herbes. À l’exception de beaucoup d’autres types de véhicules volantes, l’AeroMobil 4.0 détient à son actif quatre types de certifications à savoir : deux en Europe (EWVTA/M1) et (CS 23 Rev 5/ELA 1), et également deux en Amérique (49 CFR 571) et (14 CFR 23 Rev 5).

Son niveau de sécurité est élevé, car en plus des ceintures pyrotechniques dont disposent les deux sièges, ce véhicule est équipé d’airbags à niveau double en cas d’accident sur route. Aussi, les parachutes balistiques dont est équipée cette voiture volante, permettent sa récupération en cas de panne en plein vol.

Sur les chaussés, la vitesse de ce véhicule est de 160 km/h, alors qu’en plein vol il peut atteindre 360 km/h. Pour tous ceux qui désirent se procurer ce modèle de voiture volante, il importe d’avoir une autorisation de pilotage.

Renault Air4

C’est pour bon nombre de personnes un rêve de se retrouver à bord d’une voiture volante. Quoi de mieux si d’ici peu de temps vous avez la possibilité de vous en procurer ? L’Air4 du constructeur Renault est bien sûr là pour combler cette attente.

C’est dans l’optique des 60 d’anniversaire de la création de la 4L de Renault, que s’inscrit la naissance de la Air4. Née de la collaboration de la Renault avec TheArsenale, la Air4 est dotée de quatre hélices doubles fixées sur des tiges dans les quatre coins de sa carrosserie, en substitution aux pneus. Ceci lui confère un point de similitude par rapport aux drones et lui permet de facto d’effectuer un décollage à la verticale.

Un autre point qui différencie cette voiture volante de la 4L est qu’il est sans portières. La carrosserie est bien fixée à l’avant du véhicule de sorte à permettre à l’utilisateur de la soulever simplement à l’arrière pour s’introduire et refermée. Sa batterie est en lithium polymère et dispose d’une capacité totale qui avoisine 90 000 mAh. En ce qui concerne son envole, cette voiture volante peut fait 14 m/s en vitesse de décollage, et près de 700 mètres en altitude. Quand il doit progresser à l’horizontale, la Air4 peut déployer une puissance de 26 m/s pour une inclinaison qui ne doit pas dépasser 70 °.

Projet de Suzuki

Après de longues années passées à concevoir les véhicules en tous genres, les motos ou encore des moteurs pour les navires, le nouveau chalenge de la marque japonaise Suzuki est le ciel. Cette idée de création est née de la collaboration entre Suzuki et SkyDrive. Ce dernier est non seulement, spécialisé dans la fabrication de drones, mais s’est aussi assigné la mission de la fabrication de voiture volante en vue de créer une flotte de taxi dans le ciel.

C’est une idée qui est toujours en phase de projet. Cependant, elle suscite déjà de véritables engouements non seulement de la part des initiateurs, mais aussi du gouvernement. Ce dernier fait de son mieux pour créer un cadre légal en vue de mieux insérer cette nouvelle création et prendre par la même occasion la place de pionnier dans ce domaine. D’ici 2025, le monde entier pourra découvrir le fruit de cette fructueuse association à l’Exposition universelle d’Osaka.

Boeing

Cette réalisation est le produit de la collaboration de Boeing NeXt et d’Aurora Flight Sciences, afin de révolutionner le monde des transports en y introduisant une nouvelle méthode de locomotion. Ce prototype de voiture volant de la Société Boeing est d’une forme unique et exceptionnelle.

Dotée d’une hélice derrière, cette pure merveille est plutôt sans roue et s’inscrit plus dans le registre des drones en raison de deux patins dont il est équipé sur les flancs. Ces dispositifs sont dotés de huit hélices placées par-dessus de façon distincte de manière à permettre à ce prototype de taxi des airs de décoller et d’atterrir comme un hélicoptère. L’avant de la Boeing est recouvert de verre transparent et offre une bonne visibilité aux occupants.

Des études se poursuivent encore pour parfaire cet appareil volant qui a volé pour la première fois en début de l’année 2019. La date officielle de sa mise sur le marché sera connue très prochainement.

Leave A Reply

Your email address will not be published.